Inscription Connexion Flux RSS

Actualités

A quoi servent (vraiment) les arbres en ville ?

16 sept 2013
par Usbek & Rica, Biodiversité, Energie, Qualité de vie , 3 commentaires,

En plus de leurs indéniables vertus écologiques, les arbres plantés en milieu urbain sont aussi bons pour notre santé physique et mentale et contribuent à notre confort, notre sécurité et notre vie sociale. Dans un futur pas si lointain, ils pourraient même permettre d’éclairer les rues…

« Auprès de mon arbre, je vivais heureux… » chantait George Brassens. Le poète moustachu ne croyait pas si bien dire. Plus les années passent, et plus les citadins accordent d’importance à la présence d’arbres dans leur ville. Bien plus que de simples écrins de verdure habillant les parcs et bordants les rues, ces plantations sont perçues comme un facteur d’épanouissement, une condition du bien-être en milieu urbain. Une reconnaissance justifiée tant sont nombreuses les vertus des hêtres, platanes et autres chênes verts, qui tendent à devenir de véritables outils urbains.

Planter des arbres le long des rues permet d’améliorer la visibilité des automobilistes et des piétons, et donc de réduire le risque d’accident.
© Kglavin / Wikimedia

- D’indispensables puits de carbone : Même si certaines espèces comme le peuplier ou l’eucalyptus peuvent former de l’ozone – et contribuer ainsi à la pollution atmosphérique – les arbres constituent des puits de carbone naturels très précieux. Plus les arbres sont jeunes et plus ils absorbent de grandes quantités de CO2 atmosphère. Ce carbone est alors stocké, puis transformé en biomasse végétale. Certaines espèces d’érables peuvent, par exemple, fixer près de 120 kg de carbone sur une période de 50 ans, soit environ 2,5 kg par an.

- Des purificateurs d’air : Grâce à la photosynthèse, les arbres produisent de grandes quantités d’oxygène. Un chêne d’Amérique mature produit, par exemple, la quantité d’oxygène dont un individu a besoin pour une journée. Les arbres permettent également de réduire la teneur de l’air en gaz polluants et en particules fines. Les feuilles de certaines espèces agissent comme de véritables ventouses, qui peuvent fixer jusqu’à 20 kg de particules par an.

- Des climatiseurs précieux : Les arbres ont un impact direct sur la température ambiante. Ils peuvent modifier le degré d’humidité d’un quartier simplement à travers la production de vapeur d’eau dans l’atmosphère (l’évapotranspiration). En été, ils rafraîchissent l’air grâce à leur feuillage : celui-ci absorbe et réfléchit une partie du rayonnement qui, autrement, atteindrait le bitume pour se transformer en chaleur. En hiver, les arbres servent, au contraire, à limiter la fraîcheur de l’air en agissant comme des paravents naturels contre les vents froids.

- Des oasis de biodiversité : À la foi source de nourriture et abri confortable, l’arbre est un écosystème précieux qui permet d’accueillir toutes sortes d’animaux (notamment des oiseaux et des petits mammifères), et donc d’attirer et de retenir en ville des espèces qui n’y seraient pas présentes autrement.

La présence d’arbres dans une ville est considérée comme un facteur de bien-être et d’épanouissement par un nombre de plus en plus important de citadins.
© Marcia.Taylor / Flickr

- Des médicaments naturels : Des études ont permis de prouver l’impact de la végétation sur l’équilibre psychique des citadins. Comme les pelouses ou les fleurs, les arbres contribuent à diminuer le stress et l’agressivité et renforcent le sentiment de sécurité. Dans notre inconscient, une ville moins minérale et plus verte est donc forcément une ville plus sûre. Et ce n’est pas qu’une impression puisque des arbres plantés le long des rues améliorent la visibilité des automobilistes et des piétons, limitant le risque d’accident sur certaines artères dangereuses. En plus de leurs vertus psychologiques, les arbres ont également des vertus thérapeutiques : même si une proportion non négligeable de citadins souffre d’allergie aux pollens, les arbres permettent d’améliorer la qualité de l’air que l’on respire et constituent un bouclier bien pratique par temps de canicule.

- Des instruments de confort : S’ils sont plantés de façon stratégique, les arbres peuvent permettre de masquer les mauvaises odeurs propres à certaines zones urbaines (égoûts, bennes à ordures, parking…) et de couvrir grâce au chant des oiseaux ou au bruit des feuillages certains bruits intempestifs (moteurs, cris d’enfants…). D’après la Société de l’arbre du Québec, « un talus planté de végétaux sur une longueur de 30 m et une hauteur de 15 m réduit le bruit de 6 à 8 décibels, ce qui correspond à une sensation de diminution du bruit de 30 à 40%. » Les arbres améliorent également notre confort visuel : selon les besoins, ils peuvent masquer ou embellir les zones jugées les moins « belles » de la ville (terrains vagues, barres d’immeubles, places vides, etc…).

Demain, des arbres pour éclairer les villes ?

Face au péril du réchauffement climatique, certains scientifiques proposent de créer des arbres artificiels. Des appareils sans troncs ni feuillages, aux airs de tapettes à mouche géantes, qui serviraient de puits de carbone encore plus puissants que les « vrais arbres ». Le professeur Klaus Lackner veut ainsi déployer, près des champs pétroliers et des axes routiers, des arbres artificiels capables de capter le CO2 grâce à un filtre. Le gaz serait ensuite retraité puis stocké au fond des océans. Il prévoit d’extraire 90 000 tonnes de CO2 par an (l’équivalent des émissions de 20 000 voitures). Coût d’un arbre artificiel, d’après lui : 13 600 euros.

Pour autant, les « vrais arbres » vont continuer de se développer en milieu urbain. Surtout si, comme la science le laisse supposer, ils s’avèrent bientôt capables de devenir luminescents, c’est-à-dire de produire leur propre électricité et de s’allumer à la nuit tombée… En 2010, des chercheurs de l’Université de Cambridge sont déjà parvenus à introduire dans le génome d’une cellule un gène issu de la luciole et d’une bactérie sous-marine, capable de restituer la lumière. Un premier pas, en attendant de permettre aux arbres de s’auto-éclairer. D’après leurs estimations, l’arbre lumineux du futur n’aurait besoin que de 0,02% de l’énergie qu’il absorbe pour éclairer aussi bien qu’un lampadaire. En 2013, trois biohackers américains ont poursuivi ces recherches avec leur projet « Glowing Plants ». Ils sont parvenus à manipuler génétiquement l’Arabidopsis (une plante de la famille du chou) pour la rendre aussi lumineuse qu’une luciole. Les lampadaires et autres réverbères pourraient donc bien ne plus avoir leur place dans la ville du futur.

Aimeriez-vous que les arbres deviennent luminescents et servent à éclairer les rues la nuit ?

Usbek & Rica Voir

Usbek & Rica

177 articles

Usbek & Rica, c’est le magazine qui explore le futur. Un trimestriel qui veut comprendre le monde qui vient. Nous vivons à l’ère des bouleversements les plus rapides de l’histoire...

Contribuer au débat maintenant


  1. Loticat

    Super article sur tous les bénéfices de l’arbre en ville!
    En en plantant même des arbres fruitiers, nous voici avec une source de nourriture pour les citadins qui pourront faire leur propre confitures!

    Par contre non merci aux arbres OGM… même s’ils permettent d’éclairer! On joue aux apprentis sorciers dans ce domaine!
    D’autant plus qu’ils ne permettent pas d’axer le faisceau lumineux où il est nécessaire et 80% de la lumière est perdue vers le ciel! D’où la pollution lumineuse des villes… :-( Quel dommage qu’il faille aller de plus en plus loin pour voir les étoiles!


  2. Caraës

    Quand on voit les dégâts des ogm sur la biodiversité, sur la pérennité des espèces dont la nôtre, je crois que la meilleur des choses est de dire stop à ce fléau. Comme + de 70 % des français, soyons contre les ogm et pour la vie, naturelle, simple et si merveilleuse. Les équilibres naturels mettent bien plus de temps à se réaliser qu’à se déséquilibrer. Ne vous laissez pas désinformer par la propagande de ces nouveaux dictateurs tueurs de vies à la grande gloire du dollar égoïste… La vie qui j’espère continuera après nos vies est bien plus importante que les profits de quelques centaines de milliardaires et chercheurs fous, qui ignorent le sens même de la vie…


  3. baobas

    Pourquoi mélangez-vous le chose & compliquez-vous la vie?
    Certainement oui, on a besoin des arbres dans nos rues, mais pas des arbres fatésistes, pas des arbres chimiques(ogm, etc…), car avec toute ces mélanges chimique un jour le monde va ses éclaters, restons naturel pour le bien être de la population & de notre planête terre. utilisons-nous les choses seine pour proteger notre monde.

participez sur le sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Tous les champs sont obligatoires

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>